Le Pape François, Wendy Sherman, La police gabonaise, Perenco, Pierre-Alain Mounguengui, Paulette Missambo… Les tops et les flops cette semaine au Gabon

Le président Ali Bongo Ondimba a été reçu cette semaine au Vatican par le pape François pour une visite d'Etat de trois jours © DR / Communication présidentielle

Qui s’est positivement distingué cette semaine au Gabon ? Qui s’est, à l’inverse, négativement illustré ? Nous avons sondé une trentaine de personnalités de toutes sensibilités, à l’intérieur comme à l’extérieur du pays. Voici leur réponse.

LES TOPS

Le Pape François. Le Souverain pontife a accueilli cette semaine durant trois jours le président Ali Bongo Ondimba. L’entretien entre les deux hommes a été « très chaleureux » et « productif » selon plusieurs sources diplomatiques (lire notre article). Le premier débouché concret devrait en être la création à Libreville d’une Nonciature de plein exercice (lire notre article).

Wendy ShermanDu 5 au 6 mai, la sous-secrétaire américaine, équivalente du ministre déléguée aux Affaires étrangères, se rendra à Libreville où elle rencontrera le président Ali Bongo Ondimba, le ministre des Affaires étrangères Michael Moussa-Adamo et le ministre de la Défense Félicité Ongouori Ngoubili. En Afrique, Joe Biden a fait du Gabon l’un de ses partenaires privilégiés en raison de sa « stabilité » et de sa « fiabilité » sur certains dossiers comme la lutte contre le réchauffement climatique (article à venir).

La police gabonaiseFace à la multiplication cette semaine sur les réseaux sociaux de messages évoquant la disparition (vraie ou fausse) de personnes, en particulier d’enfants, l’institution policière a répliqué de manière atypique sur ces mêmes réseaux sociaux. Intitulé « Facebook n’est pas un commissariat ni un tribunal », son message précise qu’ « en cas de disparition ou d’agression, (il faut) contacte(r) les autorités compétentes afin de prendre des actions adaptées à toutes les situations. » Une manière moderne et habile de sensibiliser l’opinion publique sur un sujet très délicat au Gabon (lire notre article).

LES FLOPS

Perenco. Le groupe pétrolier franco-britannique a reconnu une fuite d’hydrocarbures jeudi près de Port-Gentil, assurant tout mettre en œuvre pour « prévenir tout dommage environnemental ». Pour Perenco, qui est sous pression des autorités gabonaises, il ne s’agit pas d’un précédent. En juillet 2021, la société avait été mise en examen au Gabon pour des faits de pollution et de dégradation des rivières, lagunes et mer par les hydrocarbures. Neuf ans auparavant, en 2012, elle avait aussi reconnu une pollution pétrolière offshore dans le sud-ouest du Gabon (lire notre article).

Pierre-Alain MounguenguiSuite à sa garde à vue, le président de la Fegafoot a été incarcéré jeudi dans le cadre de l’enquête sur le scandale de pédophilie qui touche le football gabonais (lire notre article). Il risque au minimum trois ans de prison ferme pour non dénonciation de crime dans le cadre de la vaste affaire de pédophilie qui secoue le football gabonais (lire notre article).

Paulette Missambo. L’Union nationale (UN) dont elle est la présidente s’est offerte une (nouvelle) polémique cette semaine. Ce parti d’opposition, moribond et fracturé entre deux tendances irréconciliables, est accusé d’avoir volontairement gonflé les chiffres à l’occasion d’une campagne d’adhésion qui s’est déroulée du 11 au 23 mars dans le Woleu-Ntem. Un épisode qui rappelle la célèbre fable de Jean de La Fontaine où « la grenouille (…) voulait se faire plus grosse que le bœuf » (lire notre article).