« Ce nouveau financement du FMI en faveur du Gabon est une reconnaissance de notre bonne gouvernance et de notre capacité de pilotage économique en période de crise » (ministre des Finances)

Le ministre gabonais de l'Economie et des Finances, Jean-Marie Ogandaga © DR

Réagissant au nouveau décaissement du Fonds monétaire international (FMI) ce vendredi 31 juillet 2020 en faveur du Gabon, le ministre de l’Économie et de la Relance, Jean-Marie Ogandaga, y voit la reconnaissance des efforts fournis par le gouvernement dans le cadre de la riposte contre le Covid-19. A raison.

Ce vendredi 31 juillet, le FMI a indiqué avoir octroyé un nouveau financement au titre de l’instrument de financement rapide (IFR) d’un montant de près de 90 milliards de FCFA.

Celui-ci vient s’ajouter aux 66 milliards de FCFA reçus il y a un mois de la Banque africaine de développement (BAD) et d’un prêt de 88 milliards de FCFA du Fonds monétaire international, déjà, il y a trois mois.

« Ce nouveau financement du FMI en faveur du Gabon est une reconnaissance de notre bonne gouvernance et de notre capacité de pilotage économique en période de crise », a déclaré le ministre gabonais des Finances.

Pour rappel, vendredi 31 juillet, le conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI) a approuvé en faveur du Gabon un décaissement de 152,61 millions de dollars au titre de l’instrument de financement rapide pour aider le pays à faire face à la pandémie de COVID-19, indique un communiqué de l’Institution.

Il s’agit du deuxième achat au titre de l’instrument de financement rapide (IFR) dont l’objectif est d’aider le Gabon à satisfaire les besoins urgents de financement de la balance des paiements qui résultent de la pandémie de COVID-19.

La diminution de la demande extérieure et l’intensification des effets de la pandémie de COVID-19 ont davantage détérioré les perspectives de croissance et aggravé les positions extérieure et budgétaire du pays, explique le FMI.

Les ressources supplémentaires fournies au titre de l’IFR contribueront à renforcer les services de santé, à protéger les groupes les plus vulnérables et à soutenir le secteur privé, notamment les petites entreprises, précise l’institution.

Bon élève continental de la riposte

Le Gabon est considéré par les institutions internationales (OMS, Banque mondiale et FMI notamment) comme le pays en Afrique le plus efficace en matière de riposte. Sur le plan sanitaire, il est celui qui, par tête d’habitant, teste le plus sa population et dont le taux de létalité (taux de mortalité dû au Covid-19) est le plus faible sur le continent.

Le Gabon a, par ailleurs, démontré sa solidité financière durant cette crise sanitaire, déjouant les pronostics les plus pessimistes et obtenant même le relèvement de sa notation souveraine par l’agence internationale Moody’s (lire notre article).