La production de manganèse atteint un niveau historique au Gabon

La Comilog, filiale du groupe français Eramet au capital duquel l'Etat gabonais est présent, demeure le principal producteur de manganèse au Gabon © DR

Un volume de 4,86 millions de tonnes (Mt) au troisième trimestre 2019, en progression de 25,4 % en glissement annuel, c’est ce qu’indique la Direction générale de l’économie et de la politique fiscale (DGEPF) dans sa dernière note de conjoncture sectorielle. Autre satisfaction : la hausse de 20,8 % des effectifs permanents du secteur.

Après des années de marasme et une reprise vigoureuse amorcée en 2018, la production de manganèse atteint des niveaux historiques cette année au Gabon.

En hausse de 25,4 %, la production de manganèse a atteint un volume de 4,86 millions de tonnes (Mt) durant les trois premiers mois de l’année, contre 3,87 millions de tonnes sur la même période en 2018.

C’est le résultat combiné des améliorations opérationnelles sur les gisements miniers, ainsi que sur les moyens logistiques, explique la DGEPF.

La nette augmentation de la production nationale de manganèse a par ailleurs entraîné l’augmentation du volume des exportations et des ventes externes respectivement de 13,6 % et 10,6 %, de même que du chiffre d’affaires de la filière à 549,2 milliards de FCFA. Autre chiffre important : la hausse de 20,8 % des effectifs permanents du secteur.

Pour rappel, le Gabon est à l’heure actuelle le troisième producteur mondial de minerai de manganèse derrière l’Afrique du sud et l’Australie. La Compagnie minière de l’Ogooué (Comilog), la Compagnie industrielle et commerciale des mines de Huazhou (CICMHZ) ou encore Nouvelle Gabon Mining figurent parmi les principales compagnies opérant sur son sol.

6 % du PIB aujourd’hui, beaucoup plus demain

Au Gabon, le secteur minier reste encore principalement orienté vers l’exploitation du manganèse, les autres ressources naturelles du pays n’étant pas encore exploitées, à l’exception de l’or. Le secteur représente aujourd’hui 6 % du PIB, 6 % des exportations du pays et 3 % environ de l‘emploi privé.

Le secteur des mines devrait représenter dans le PIB, à un horizon de 15-20 ans, une part bien supérieure à celle qui est la sienne aujourd’hui. Outre le manganèse et l’or, le minerai de fer, dont le Gabon détient des réserves abondantes, figure parmi les ressources naturelles stratégiques du Gabon, alors que le sous-sol renfermerait aussi des métaux comme le niobium, des terres rares, de l’uranium, du cuivre, du zinc etc.

Le 11 juin 2019, un nouveau code minier a été adopté au Gabon qui devrait permettre de clarifier les règles de l’exploitation minière et de donner un cadre plus stable aux investisseurs. Des dispositions dont le pays pourrait tirer profit au moment de la remontée des cours mondiaux.