Gabon : Très actif sur le front diplomatique, Ali Bongo reçoit les lettres de créances de quatre nouveaux ambassadeurs

Le Président Ali Bongo Ondimba recevant vendredi 7 février à Libreville les lettres de créance de Liseth Nawanga Satumbo Pena, nouvelle ambassadrice de l'Angola au Gabon © DR

Il s’agit des ambassadeurs de l’Angola, de la Corée, de Cuba et de la Turquie en poste au Gabon.

Le Président  Ali Bongo Ondimba a reçu ce vendredi 7 février au palais présidentiel à Libreville les lettres de créance de quatre nouveaux ambassadeurs accrédités au Gabon, ainsi que les lettres de rappel de leurs prédécesseurs conformément à la pratique diplomatique.

Il s’agit de Liseth Nawanga Satumbo Pena (Angola), de Llusif Sadin Tassé (Cuba), de Ryu Chang Soo (République de Corée) et de Nilufer Erdem Kaygisiz (Turquie).

Au terme de la cérémonie, ces nouveaux ambassadeurs ont tour à tour été reçus par le Président Ali Bongo Ondimba afin de faire un point sur la coopération entre le Gabon et leurs pays respectifs, indique un communiqué de la Présidence.

Activisme diplomatique

Désormais remis de son AVC survenu en octobre 2018, le président gabonais s’est montré très actif ces derniers mois sur le front diplomatique. D’aucuns parlent même d’« activisme » en la matière.

Et pour cause, depuis le mois de mai dernier, Ali Bongo Ondimba a reçu plus de trente chefs d’Etat à Libreville. Probablement un record continental.

En décembre 2019, le numéro un gabonais a effectué son grand retour sur la scène diplomatique en président un sommet extraordinaire de la CEEAC qualifié d’« historique » (lire notre article).

En ce début d’année, le président Ali Bongo Ondimba devrait renouer avec ses déplacements à l’international, un exercice qu’il affectionne tout particulièrement. Il comptait d’ailleurs se rendre les 9 et 10 février prochain à Addis-Abeba pour le 33ème sommet ordinaire de l’Union Africaine. Mais à l’instar de la majorité de ses pairs chefs d’Etat, il s’y fera représenter, en l’occurrence par le ministre des Affaires étrangères, Alain-Claude Bilie-Bye-Nze (lire notre article).

« Le président (Ali Bongo Ondimba) avait initialement prévu de s’y rendre. Mais certains dans son entourage ont préféré encore le ménager », a confié à La Libreville un proche du numéro un gabonais qui y voit toutefois un excès de prévention. « Son état de santé lui permet désormais de voyager sans contre-indications majeures », nous a-t-il fermement confirmé, indiquant que ça n’était que « partie remise ».