Gabon : Pourquoi Elvis Ossindji, à peine nommé directeur général de la Société équatoriale des mines, est déjà sous pression

Le nouveau directeur général de la SEM, Elvis Ossidji © DR

C’est l’une des nominations phares du Conseil des ministres qui a eu lieu hier, mercredi 11 août, sous la présidence d’Ali Bongo Ondimba. 

Elvis Ossindji est le nouveau patron de la Société équatoriale des mines. L’impétrant était jusqu’alors conseiller politique du chef de l’Etat à la Présidence de la République. En février dernier, il avait été l’une des 20 personnalités choisies pour diriger les task-forces mises sur pied pour appliquer le Plan d’accélération de la transformation (PAT) : celle sur les investissements dans les secteurs énergie et eau.

Créée en 2011, la SEM est une société anonyme dont l’Etat gabonais est l’unique actionnaire. Elle a pour mission d’accélérer le développement du secteur minier.

Le pays regorge de manganèse dont il est l’un des principaux producteurs mondiaux, mais aussi d’or et de minerai de fer dont le pays détient des réserves abondantes. Son sous-sol renfermerait aussi des métaux comme le niobium, des terres rares, de l’uranium, du cuivre, du zinc etc., indispensables à la nouvelle révolution verte (batteries pour les voitures électriques, les téléphones portables, etc.).

Le secteur minier est considéré comme crucial dans la perspective de la diversification économique mais aussi en matière d’industrialisation, clé pour développer l’emploi. Il représente aujourd’hui 6% du PIB, 6,4 % des exportations du pays et emploie 2 000 personnes.

Le Gabon a adopté un nouveau code minier en 2019 dans le but de clarifier les règles de l’exploitation minière et de donner un cadre plus stable aux investisseurs. Le relèvement brutal des cours mondiaux des matières est aujourd’hui un atout sérieux à l’exploitation de ces ressources. D’autant que les investissements dans le secteur, en particulier dans les infrastructures de transport dédiées à cette activité, se développent fortement.

Autant dire qu’Elvis Ossindji, le nouveau patron de la SEM, à peine nommé est déjà très attendu. L’enjeu économique et financier est en effet très important pour le pays.