Conseil des ministres : Au Gabon, Ali Bongo reprend la haute main sur l’environnement

Franck Nguema, le nouveau ministre délégué à l'Environnement chargé du Plan climat du Gabon @ DR

Ce vendredi 29 mars, le conseil des ministres a acté la création d’un Haut-Commissariat à l’Environnement et au cadre de vie, directement placé sous l’autorité du président. Une manière pour Ali Bongo Ondimba de reprendre la main sur ce secteur hautement stratégique pour le Gabon, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays. 

Hier, en conseil des ministres, un projet de décret a été adopté qui vise à la création d’un Haut-Commissariat à l’Environnement et au cadre de vie.

Selon le compte rendu final du conseil des ministres, ce Haut-Commissariat aura pour but de « mieux gérer et coordonner la gestion des ordures ménagères et la protection de l’environnement ».

« A cet effet, il assiste le Président de la République dans l’élaboration, la mise en œuvre et le suivi de la politique en matière d’environnement et de salubrité publique. Il coordonne et contrôle l’action des intervenants du secteur », précise le compte-rendu.

C’est Yannick Sonnet Ongonwou, un Gabonais de 38 ans, ingénieur de formation, spécialiste des questions d’environnement, passé par le géant français Suez, qui a été nommé à sa tête.

« En réalité, le président estime que les choses n’avancent pas assez vite en ce domaine. Il y a de gros problèmes en matière de collecte, de traitement et de recyclage des ordures ménagères. C’est d’ailleurs l’une des priorités des nouveaux maires qui viennent d’être installés et qui sont les premiers concernés par l’amélioration du cadre de vie de leurs adminstrés », indique un proche du président.

Mais au Gabon, l’environnement n’est pas seulement important sur le plan national. Elle constitue en effet l’un des principaux chevaux de bataille de la diplomatie gabonaise à l’international. Le pays est l’un des plus actifs en Afrique sur le sujet.

Mais « le président gabonais n’est qu’à moitié satisfait », confie un autre de ses intimes, qui concède toutefois qu’il juge « très satisfaisant et prometteur » les débuts de Franck Nguema, le nouveau ministre délégué à l’Environnement chargé du Plan climat.

« Nous devons faire plus compte tenu du potentiel du pays et de l’enjeu, à la fois écologique et économique. Il faut complètement revoir notre modèle économique pour développer vraiment la filière verte au Gabon, qu’il s’agisse des matières premières (pétrole, mines, bois), des transports, de l’énergie, etc. A la clé, il y a des milliers d’emplois », fait observer ce membre de l’entourage d’Ali Bongo.