Gabon : Roger Owono Mba mis sur le gril par les députés alors que le projet de loi de finances pour 2020 entame son parcours à l’Assemblée nationale

Le ministre de l'Economie Roger Owono Mba auditionné par les députés lundi 4 novembre © Facebook/ministère de l'Economie

Lundi 5 novembre, les députés gabonais ont auditionné au siège provisoire de l’Assemblée nationale de la vallée Sainte-Marie, le ministre de l’Economie et des Finances, Roger Owono Mba, dans le cadre du projet de loi de finances pour 2020 adopté par le gouvernement en conseil des ministres le 15 octobre dernier. Un exercice loin d’être une formalité en dépit de l’écrasante majorité dont dispose le PDG au Parlement.

Le PLF pour 2020 entre dans la deuxième phase, parlementaire, de son parcours. Le texte est actuellement à l’étude devant l’Assemblée nationale avant dans quelques semaines d’être transmis au Sénat.

Pour le ministre Owono Mba, auditionné par les députés, ce fut tout sauf une formalité. Ceux-ci, bien qu’appartenant dans leur grande majorité au même parti, le PDG, l’ont mis sur le gril, lui demandant des éclaircissements sur l’apurement de la dette intérieure à l’origine de la faillite de nombreuses PME, le paiement des arriérés des salaires, le budget consacré à l’investissement ou encore le financement prévu dans le cadre du Fonds d’initiative départementale (FID). Doté d’un milliard de FCFA chaque année, celui-ci est destiné à développer les départements. Ce dernier point intéresse tout particulièrement les députés car il concerne directement leur leur circonscription électorale.

Le ministre a également été interrogé sur les engagements extérieurs du Gabon, de même que sur les décaissements attendus du FMI dans le cadre de l’accord triennal conclu avec le Gabon en juin 2017. Sur les 422 millions d’euros accordés au pays, 396 ont déjà été décaissés.

Nous sommes dans le bon timing pour l’étude de ce PLF pour 2020, s’est félicité un député pédégiste de la Ngounié. Après avoir franchi plusieurs étapes (les conférences budgétaires, l’arbitrage du premier ministre, le visa du Conseil d’Etat, l’arbitrage définitif du président de la République et l’adoption du texte en conseil des ministres), le PLF est transmis au Parlement (députés et sénateurs) pour examen et vote. C’est dans ce cadre que les ministres sont auditionnés devant la représentation nationale. Une fois votée par l’Assemblée et le Sénat, le PLF subira un contrôle de constitutionnalité avant d’être promulgué, en général dans les tout derniers jours de décembre, par le président de la République.

Le projet de loi de finances pour l’exercice 2020 a été adopté le 15 octobre en conseil des ministres. Il consacre une nette hausse du budget de l’Etat de 297,3 milliards de FCFA par rapport à 2019. Tout en donnant la priorité à la relance via l’augmentation des dépenses en matière sociale et d’investissement, il garde le cap de la maîtrise des finances publiques (meilleure gestion de la dette, augmentation des recettes budgétaires et fiscales, etc.). Parmi les différents points notables, figure le fait que le gouvernement s’est fixé pour objectif l’apurement de la dette intérieure et la non-accumulation des arriérés de salaires, longtemps deux points noirs au Gabon.

NB : Lire notre article détaillé sur le PLF 2020 en cliquant ici.