Gabon : Mayila accuse Missambo de mensonge, l’unité de l’opposition tant fantasmée vole déjà en éclat

Me Louis-Gaston Mayila interviewé par notre confrère Gabonactu © Capture d'écran

Interviewé par notre confrère de Gabonactu, le président de l’Union pour la Nouvelle République (UPNR) qui pilote la Plateforme des partis et groupements politiques de l’opposition (PG41), n’a pas mâché ses mots à l’endroit de Paulette Missambo, présidente de l’UN et leader de la plateforme Alternance 2023. Verbatim.

« Nous sommes en période électorale. C’est une période propice aux accusations gratuites, à l’instruction de procès de sorcellerie. Moi, j’aimerais savoir qui dans l’opposition m’a approché pour me demander de faire des listes unitaires. Mme Missambo et moi avons travaillé dans le cadre de la Plateforme PG41 dont elle est membre. Je ne vois pas qui, d’une autre liste, m’aurait approché. Moi, en revanche, j’ai approché les responsables d’autres plateformes pour faire des listes unitaires. Je peux citer M. Bonvaventure Nzigou Manfoumbi ou encore M. Richard Moulomba Mombo. Ma démarche n’ayant pas prospéré, car n’ayant reçu aucune réponse de leur part, la PG41 n’avait à consulter personne, n’a abordé le sujet avec personne. Si quelqu’un dit qu’il l’a fait, qu’on me dise qui, afin que je le confonde. Parce que je ne vois pas avec quel responsable de plateforme, dans quelles circonstances et où j’ai eu à discuter », a déclaré Me Louis-Gaston Mayila à Yves-Laurent Goma, responsable du site d’information en ligne Gabonactu (cliquez ici pour écouter l’interview dans son intégralité).

C’est avec un certain dédain que Me Mayila considère l’initiative de sa rivale, Paulette Missambo. « La nouvelle plateforme qui vient d’être créée, dont je ne connais même pas le nom, il parait que c’est fait pour les élections, uniquement pour ça », déclare-t-il au sujet d’Alternance 2023, alors que, souligne-t-il, « La PG41 est une plateforme pérenne qui existe depuis plus de 5 ans. » Et d’insister : « Si un responsable de cette plateforme est venu me voir pour, qu’on me dise qui. Moi, je n’ai vu personne. » 

Selon Me Mayila, Paulette Missambo aurait donc tout simplement menti. Dans un communiqué daté du 18 janvier dernier, celle-ci écrivait que « Le bureau national de mon parti s’est prononcé (…) contre la démarche initiée par la PG41 et d’autres partis de l’opposition qui ne privilégient pas le consensus pour présenter au ministère de l’Intérieur une liste unique et consensuelle de l’opposition en ce qui concerne le renouvellement du bureau du CGE » (lire notre article). Une formule qui laissait supposer que des démarches avaient été effectuées vis-à-vis des autres plateformes, en particulier la PG41, pour parvenir à un tel consensus.

A en croire, Me Mayila, ce n’était manifestement pas le cas. L’unité de l’opposition, tant fantasmée, s’avère, un peu plus chaque jour, être une chimère.