Gabon : Franck Nguéma fébrile à l’approche du deuxième tour des élections législatives

Franck Nguéma en campagne lors du second tour des législatives le 21 octobre à Akanda © FG officiel – Facebook

Le candidat indépendant du Groupe Lumière ne part pas favori face à son adversaire du Parti Démocratique Gabonais (PDG), Joseph Minko Olenga, dans le deuxième arrondissement de la commune d’Akanda. 

Franck Nguéma se sait en danger. Avec 23,61 % des voix contre 38,34 % pour le candidat du PDG, Joseph Minko Olenga, l’écart est très important et sans doute très difficile à combler. Du coup, il tente d’accélérer le rythme de sa campagne d’entre deux tours.

Le patron de la chaîne de télévision privée TV+, âgé de 49 ans, dépense sans compter pour espérer refaire son retard et ne ménage à cette fin aucun effort. Le candidat du Groupe Lumière anime jusqu’à cinq causeries par jour. Il s’est également offert une campagne médiatique via notamment la diffusion d’une série de publi-reportages dans la presse. Mais pas sûr que cela suffise. Du coup, Franck Nguéma préfère prendre les devants et crier à la fraude. Une méthode classique au Gabon pour tenter d’anticiper une défaite à venir.

Une satisfaction d’ores et déjà pour Franck Nguéma : avoir devancé Ntoutoume Ayi

Toutefois, le candidat indépendant, quel que soit son résultat au soir du deuxième tour le 27 octobre prochain, ne ressortira pas totalement insatisfait de ce scrutin. Loin de là. Il a en effet nettement devancé lors du premier tour, le 6 octobre dernier, l’un des grands espoirs de l’opposition gabonaise, Jean Gaspard Ntoutoume Ayi. Cette figure montante de l’Union Nationale a subi une cuisante défaite. Avec 19,13 % seulement des suffrages, il n’arrive qu’en troisième position et voit sa trajectoire ascendante stoppée nette.

Pour celui qui guignait le poste de président du groupe de l’opposition à l’assemblée nationale, voire le leadership tout court de l’opposition gabonaise, la déconvenue est très grande. Ce qui n’est pas pour déplaire à Franck Nguéma dont les ambitions ne sont pas si éloignées, dit-on, de celles du commissaire chargé du budget au sein de l’UN. Il ne faut pas chercher plus loin la raison pour laquelle Ntoutoume Ayi, pourtant farouche opposant au PDG, n’a pas appelé à voter en faveur du candidat indépendant le 27 octobre prochain.