Livre : Daryl Danyel Ekorezock publie un essai stimulant sur les bouleversements induits par la révolution numérique en Afrique

Le jeune entrepreneur gabonais du secteur du digital, Daryl Danyel Ekorezock, vient de publier un essai stimulant sur les impacts multiformes de la révolution numérique en Afrique @ DR

Dans un essai stimulant qui vient de paraître, le jeune entrepreneur gabonais dans le secteur du digital, analyse finement les bouleversements induits par la révolution numérique sur le continent et détaille ses impacts multiformes sur le quotidien de ses habitants. L’auteur nous dit également à quelles conditions celle-ci peut être un formidable accélérateur de développement pour l’Afrique.

Stimulant. C’est le sentiment qui ressort à la lecture de l’essai, son premier, de Daryl Danyel Ekorezock. Intitulé « Le numérique, pari du présent et de l’avenir » (paru aux éditions La compagnie littéraire, février 2019), l’auteur analyse de manière fine l’impact sur le quotidien des Africains de ce qui constitue – le terme n’est, en l’espèce, pas galvaudé – une révolution.

Le numérique a en effet permis au continent le moins doté en infrastructures physiques de rentrer de plein pied dans la société de l’information et de la communication. « Avec ses effets positifs mais aussi ses externalités négatives », prévient sans angélisme l’auteur. Les réseaux sociaux, par exemple, peuvent amener le meilleur comme le pire, si on y prend garde. Ne pas vouloir réguler le phénomène au nom d’un libéralisme débridé n’est donc pas la solution.

Au-delà de l’impact sur les individus, le numérique constitue également, dixit Ekorezock, une formidable opportunité d’accélération pour le continent africain dans son ensemble. En effet, pas besoin d’en passer, comme ce fut le cas en Occident, mais également en Asie, notamment en Chine, par la phase préalable de la révolution industrielle. Le numérique permet de sauter cette étape, comme en témoigne le développement rapide de la téléphonie mobile qui a permis au continent africain, où le taux d’équipement en téléphones portables est très élevé, de faire l’économie du passage par la téléphonie fixe.

Aujourd’hui, indique l’auteur, le numérique permet le développement de pans entiers des économies africaines : qu’il s’agisse de la banque, de la santé ou de l’agriculture, aucun n’échappe à cette révolution. Mais le principal gain engendré par l’avènement de l’ère numérique, souligne Ekorezock, est sans doute celui enregistré dans le secteur de l’éducation. L’auteur brosse d’ailleurs plusieurs pistes pour permettre aux pays africains d’en tirer le meilleur parti. Un point fondamental car la compétitivité d’un pays, aujourd’hui et a fortiori demain, dépendra avant tout du niveau de formation de son capital humain.

Au final, si l’essai de Daryl Danyel Ekorezock est aussi stimulant, c’est pour deux raisons essentielles. D’une part, il est le fruit d’une expérience professionnelle, de terrain – l’auteur est entrepreneur dans le secteur du digital -, et non d’analyses théoriques basées sur des chiffres macroéconomiques qui tendent parfois à distordre la réalité. D’autre part, si l’auteur fonde ses observations sur le Gabon, pays exemplaire en matière de développement du numérique (grâce notamment au travail largement reconnu de l’ANINF et de son directeur, Alex-Bernard Bongo), Ekorezock a pris soin de situer son analyse à l’échelle du continent grâce à un travail très poussé de « benchmarking » (une méthode fondée sur la comparaison internationale).

Pour qui veut comprendre une partie des dynamiques à l’œuvre, aujourd’hui comme demain, sur le continent africain, l’ouvrage de Daryl Danyel Ekorezock n’est pas seulement utile , il est sans doute nécessaire.