Le ministre français de la Justice, Éric Dupond-Moretti, soupçonné de « conflit d’intérêts »

Le ministre français de la Justice, Eric Dupont-Moretti, est soupçonné de conflit d'intérêts © DR

Le ministère français de la Justice a été perquisitionné pendant 15 heures.

Sale temps pour les membres du gouvernement français.

Après le ministre des Affaires étrangères, mis en cause pour « favoritisme » et « conflit d’intérêts » par l’hebdomadaire Jeune Afrique (lire notre article), c’est au tour de son collègue de la Justice, Eric Dupond Moretti, d’être soupçonné, par la Justice cette fois-ci, de « conflit d’intérêts ».

Une perquisition a eu lieu jeudi 1er juillet au ministère de la Justice, place Vendôme à Paris. Cette perquisition, menée par les gendarmes de la section de recherche de Paris, a duré quelque 15 heures et ne s’est terminée que dans la nuit de jeudi à vendredi. C’est une première même pour les juges de la Cour de Justice de la République, sous les ordres desquels l’opération s’est déroulée. C’est la seule juridiction qui peut enquêter sur des ministres en exercice.

Cette perquisition s’est déroulée dans le cadre d’une enquête portant sur des soupçons de conflits d’intérêt visant Éric Dupond-Moretti, liés à ses anciennes activités d’avocat.

Elle intervient quelques jours seulement après le cuisant échec électoral subit par le ministre de la Justice lors des élections régionales dans les Hauts-de-France.