Gabon : Par la voix de son porte-parole, le gouvernement condamne à son tour les discours xénophobes propagés par l’opposition

Le ministre gabonais de la Communication, Rodrigue Mboumba Bissawou © Facebook/Ministère de la Communication Gabon

A deux mois et demi de la présidentielle, après avoir échoué à imposer la santé du président comme thème de campagne, l’opposition gabonaise semble avoir fait de la xénophobie son cheval de bataille. Après la première dame et le PDG mercredi, au tour du gouvernement, jeudi, par la voix de son porte-parole, le ministre de la Communication Rodrigue Mboumba Bissawou, de dénoncer ce qu’il considère comme « un poison pour le vivre-ensemble ».

« Depuis un certain temps, comme en 2016 d’ailleurs, à l’approche des élections, nous déplorons la récurrence de discours xénophobes sur la place publique », a déclaré le porte-parole du gouvernement lors d’une conférence de presse ce jeudi 15 juin.

Condamnant ces « dérives verbales », Rodrigue Mboumba Bissawou, à appeler à « la responsabilité » face à ce qu’il a qualifié de « poison pour le vivre-ensemble ».

Comme l’a fait le PDG un jour plus tôt (lire notre article), le porte-parole du gouvernement a mis en garde sur le fait que « ces violences verbales régulières peuvent avoir de graves répercussions et des conséquences inimaginables sur le pays. » En effet, a-t-il rappelé à juste titre, « les grands incendies commencent toujours pas de petites étincelles ».