Gabon : la liste complète des personnalités présentes aux obsèques d’Edouard-Pierre Valentin, le beau-père d’Ali Bongo

Edouard-Pierre Valentin © DR

La cérémonie s’est déroulée ce samedi matin en la cathédrale Saint-Pierre de Montpellier, une ville du sud de la France. 

Edouard-Pierre Valentin est décédé le 28 janvier dernier. Le fondateur et patron de la plus grande compagnie d’assurance gabonaise, OGAR, était le père de la première dame Sylvia Bongo, et le beau-père du chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba.

Ses obsèques ont eu lieu ce samedi matin à 10h00 en la cathédrale Saint-Pierre de Montpellier en présence de sa famille et d’une très forte délégation gabonaise, conduite par le Premier ministre, Julien Nkoghe Bekalé, accompagné pour l’occasion de son épouse.

Ali Bongo représenté par sa sœur, Pascaline

Étaient en effet présents lors des funérailles, Lucie Milebou, la présidente du Sénat et son époux, Michel Aubusson, Jean-Yves Teale, le secrétaire général de la présidence de la République, Pascaline Mferi Bongo Ondimba, la sœur et représentante personnelle du président de la République du Gabon, Francis Nkea Nzigue, le ministre des Relations avec les Institutions constitutionnelles, Denise Mekam’nze Edzidzie, épouse Taty, la ministre de la Santé, de la Protection social et de la Solidarité nationale, Eric Dodo Bounguendza, le secrétaire général du Pari démocratique gabonais (PDG), Rose-Christiane Ossouka Raponda, la toute nouvelle ministre de la Défense nationale et de la Sécurité du territoire, Faustin Boukoubi, le président de l’Assemblée nationale, Flavien Enongoué, l’ambassadeur du Gabon en France, Rachèle Annick Ogoula Akiko, l’ambassadrice de la République du Gabon auprès de l’Unesco, Paterne Ontsaga Mickoto, le conseiller immigration de la présidence, Fabrice Boussougou-Boussougou, le consul général et Lin Mombo, le président de l’Arcep.

Douze partisans de l’opposant Jean Ping ont tenté de perturber la cérémonie. Sans succès. Un important dispositif de sécurité sur un vaste périmètre autour de la cathédrale avait été mis en place pour l’occasion. En même temps, leur objectif est moins de perturber le cours des événements que de faire quelques images et vidéos pour les réseaux sociaux, commente un officiel gabonais qui déplore toutefois l’attitude de cette poignée d’individus. Ces gens-là sont une infime minorité, qui plus est instrumentalisée. Mais il donne une très mauvaise image de notre diaspora, commente-t-il.