Gabon : l’ex-premier ministre Emmanuel Issoze Ngondet ne siégera pas à l’assemblée nationale

Passation de charges entre l'ancien et le nouveau premier ministre, Emmanuel Issoze Ngondet (à droite) et Julien Nkoghe Bekalé © DR

Parce qu’il a été nommé le 12 janvier dernier par décret présidentiel médiateur de la République, l’ex-premier ministre, Emmanuel Issoze Ngondet, bien que réélu député de Makokou lors des élections législatives des 6 et 27 octobre dernier, ne pourra pas siéger à l’Assemblée Nationale.

Les fonctions de médiateur de la République sont en effet incompatibles avec celles de député. En effet, en vertu de la Constitution, les responsables des institutions ne peuvent pas détenir de mandat électif.

Conséquence : une élection partielle devra être organisée dans les prochains mois dans la circonscription électorale de Makokou. Ce qui porte à neuf au total le nombre d’élections partielles à organiser. En décembre dernier, la Cour constitutionnelle avait en effet annulé le scrutin législatif dans huit circonscriptions pour diverses irrégularités.

Emmanuel Issoze Ngondet avait été nommé par décret présidentiel médiateur de la République, le jour même de sa démission en tant que premier ministre, fonction qu’il occupait depuis septembre 2016. Pour beaucoup, il s’agit d’une maigre compensation. Ce poste a peu d’utilité en effet sur la vie publique. Elle est de fait considérée comme une « voie de garage ».