Gabon Egalité : La campagne nationale de vulgarisation des nouvelles lois de lutte contre les violences faites aux femmes débute à Lambaréné avant de se poursuivre à Mouila

La campagne de vulgarisation des nouvelles lois de lutte contre les violences faites aux femmes a débuté ce vendredi 19 novembre 2021 à Lambaréné © DR

Le ministère de la Justice, Garde des Sceaux chargé des Droits de l’Homme a enclenché vendredi, depuis le Moyen-Ogooué (Centre), la phase 2 du programme gouvernemental Gabon-Égalité, axé sur la promotion et la vulgarisation des nouvelles lois auprès des justiciables.

Ce vendredi 19 novembre, la mairie de Lambaréné, la capitale provinciale du Moyen-Ogooué (Centre), a été le théâtre du lancement officiel de la campagne nationale de promotion et de vulgarisation des nouvelles lois visant à renforcer l’égalité femme-homme promulguées en septembre 2021 par le président de la République, Ali Bongo Ondimba.

La délégation du cabinet du ministère de la Justice et des formatrices, composée notamment de Thalie Obone Nguema épouse Edjo, Procureur général près de la cour d’appel de Libreville, Corinne Andjembet épouse Njambou, Premier Président de la cour d’Appel de Libreville, Francine Arlette Mabamba, Président du tribunal de Lambaréné, et Sidonie Flore Ouwé, Directrice des études de l’Ecole nationale de la Magistrature (ENAM), s’est pliée au rituel de salutation auprès des autorités locales, en tête desquelles le Gouverneur de la province du Moyen-Ogooué, Barnabé Babé Mbangalivoua.

Occasion pour ce dernier de relever l’ensemble des attentes des populations vis-à-vis de ces lois nouvelles appelées à changer le quotidien des Gabonaises et des Gabonais. Des lois tournées vers la protection de tous à plusieurs niveaux. La question de la réduction des inégalités hommes-femmes, le prolongement du délai des déclarations des naissances, etc.

Dans le programme Gabon-Egalité, Karine Ilahou, en sa qualité de chef du projet, en plus de sa fonction de conseiller juridique auprès du ministre gabonais de la Justice, s’est entretenu tout au long de la journée de vendredi avec les hommes et femmes de lois d’une part, les forces de sécurité et de défense, des agents d’Etat civile, d’autre part. Lesquels ont été invités à se saisir de l’esprit de loi, tout en s’éloignant des habitudes interprétatives de la loi.

Pour Sidonie Flore Ouwé, la mission du ministère de la Justice consiste à encourager les magistrats à développer, dans l’application de ces nouvelles lois, une grande capacité d’analyse et d’esprit.

Mouila, le chef-lieu de la province de la Ngounié (Sud), constitue la prochaine étape de cette caravane de promotion et de vulgarisation de ces nouvelles lois, dont celles portant élimination des violences faites aux femmes et celles modifiant le code pénal et le code civil.

(Avec l’Agence gabonaise de presse – AGP)