Fact checking : L’équipe de la Présidence gabonaise était bien juridiquement habilitée à intervenir lors de la crise Covid

Noureddin Bongo Valentin et Jessye Ella Ekogha, deux des membres de la taskforce mise en place au sein de la Présidence pour gérer l'épidémie de Covid-19 (archives mai 2020) © DR

Au Gabon, une polémique est née sur les réseaux sociaux, relayée par les sites d’information proche de l’opposition. Selon ses instigateurs, le staff de la Présidence de la République n’aurait pas dû intervenir lors de la crise de la Covid-19 au motif qu’il n’y était pas juridiquement habilité.

C’est totalement faux.

L’équipe présidentielle était bien juridiquement habilitée à intervenir durant la crise de la Covid-19 en vertu de l’arrêté 0001/PR en date du 20 mai 2020 signé par le Président de la République, Ali Bongo Ondimba.

« Il est créé auprès du Président de la République une taskforce de suivi et d’orientation stratégique nationale de riposte au Covid-19 », stipule l’arrêté en son article 1er avant d’en préciser dans son article 2 ses attributions : « définir les grandes orientations stratégiques des actions en matière de riposte contre la Covid-19 ; définir les normes et standards des équipements et fournitures destinés à la riposte ; adopter les programmes et directives d’intervention ; adopter les ajustements du budget à la riposte ; etc. »

Dans son article 3, l’arrêté dispose que la taskforce « peut recevoir du Président de la République d’autres missions en rapport avec son objet ».

A noter que, de ce point de vue, le Gabon ne fait nullement exception. Lors de la pandémie de Covid-19, nombre de Présidences ont pris la main sur le pilotage de la riposte, une attribution dévolue au gouvernement… en temps normal. Cependant, la taskforce mise en place au sein de la Présidence a travaillé en bonne intelligence et en parfaite coordination, comme nous l’ont confirmé plusieurs sources, avec le gouvernement, en particulier la primature et le ministère de la Santé.

NB : Nous reproduisons ci-dessous l’arrêté présidentiel 0001/PR en date du 20 mai 2020.