Dix ans de présidence Ali Bongo au Gabon : les petites piques de Brice Laccruche Alihanga

Le président Ali Bongo Ondimba et son directeur de cabinet Brice Laccruche Alihanga en septembre 2019 © DR

Dans un post publié ce mercredi sur sa page Facebook, le directeur de cabinet du chef de l’Etat a profité du dixième anniversaire de l’accession à la présidence d’Ali Bongo Ondimba pour planter quelques banderilles dans le dos de ses adversaires. 

« N’en déplaise aux Cassandre qui ont fait du Gabon bashing leur fonds de commerce, le Gabon est l’un des pays les plus en pointe en Afrique », a cinglé Brice Laccruche sur sa page Facebook.

Et le dir cab d’Ali Bongo Ondimba de poursuivre : « J’en veux pour preuve le fait que dans le dernier classement du PNUD sur l’indice de développement humain, le Gabon est classé 2ème en Afrique subsaharienne continentale. Ou encore le fait que, la semaine dernière, le FMI, notre partenaire, a délivré à notre pays un satisfecit pour l’effort réformateur déployé ces dernières années. Ou encore le fait qu’il y a quelques jours, l’emprunt obligataire de 100 milliards de francs CFA lancé par le Gabon a été sur-souscrit de plus de 25 %. Signe que les investisseurs ont une confiance totale dans notre pays et son avenir. »

Même si le directeur de cabinet d’Ali Bongo se garde de citer des noms, on peut songer à des personnalités de l’opposition radicale telles que Jean Ping, Jean Gaspard Ntoutoume Ayi ou des activistes telles que Marc Ona Essangui, Laurence Ndong ou encore Mays Mouissi, qui ont pour réputation d’être des prophètes de l’Apocalypse.

Fake news

En conclusion de son post, Brice Laccruche Alihanga décoche de nouvelles flèches à l’attention cette fois-ci de ceux qui utilisent les réseaux sociaux pour répandre des fake news. Une rumeur grotesque l’avait donné pour mort ces derniers jours.

« A tous ceux qui ont spéculé ces derniers jours sur les réseaux sociaux à mon sujet, je voudrais les rassurer en empruntant cette formule à un illustre contemporain : ‘Je vais bien. Je suis là. J’irai jusqu’au bout de ma mission‘. Je me permettrais, au passage, de leur délivrer un bon conseil : ne croyez pas tout ce que l’on raconte sur les réseaux sociaux », a rétorqué, corrosif, le directeur de cabinet d’Ali Bongo Ondimba.