Chine – Gabon : long entretien en tête-à-tête entre XI Jinping et Ali Bongo à Pékin

© DCP

Les deux chefs d’Etat se sont entretenus hier à la veille de l’ouverture du Forum sur la coopération sino-africaine. L’empire du milieu, très présent sur le continent africain, considère le Gabon comme l’une de ses priorités en Afrique centrale. 

La rencontre en tête-à-tête entre Xi Jinping et Ali Bongo Ondimba s’est déroulée hier au grand Palais du Peuple à Pékin, en prélude à l’ouverture de la troisième édition du Forum sur la coopération sino-africaine.

Comme d’habitude avec la Chine, il y a eu des paroles mais surtout des actes concrets. Trois nouveaux accords ont en effet été signés entre les deux parties : le premier porte sur le renforcement de la coopération en matière fiscale (non-application de la double imposition et prévention contre l’évasion fiscale en matière d’impôts sur le revenu).

Du concret

Le second concerne la coopération économique et technique. Il permettra à la Chine d’apporter une assistance financière au Gabon dans le cadre de la réalisation de plusieurs projets. Quant au troisième accord, il a pris la forme de la signature d’un mémorandum d’entente dans le cadre de la construction conjointe de la Ceinture économique de la Route de la Soie et de la Route de la Soie maritime du 21ème Siècle.

Surtout, la Chine a octroyé au Gabon une aide sans contrepartie d’un montant de 200 millions de yuans, soit 16 milliards de Francs CFA afin notamment de l’aider à développer sa capacité militaire. Pour Pékin, la stabilité du Gabon est la clé pour lui permettre de se développer sur la durée.

Le Gabon, priorité de la Chine en Afrique centrale

Selon diverses sources, la rencontre entre XI Jinping et Ali Bongo Ondimba a été longue, signe de l’intérêt de la Chine vis-à-vis du Gabon. Cela rappelle d’ailleurs la rencontre entre le président gabonais et Vladimir Poutine le 14 juillet dernier. Le chef de l’Etat russe avait gardé durant près d’une heure son homologue dans son bureau. Un fait suffisamment rare pour être souligné par les diplomates russes eux-mêmes.

Rebelote donc à Pékin hier. Il faut dire que la Chine a, elle aussi, fait du Gabon, pays décidément très courtisé à l’heure actuelle, l’une de ses priorités en Afrique centrale. « Vu de Pékin, le Gabon est l’un des rares pays stables dans une sous-région en proie à des soubresauts parfois violents. Par ailleurs, c’est un pays dont le potentiel économique, pas seulement pour ses matières premières mais également dans le domaine industriel, est perçu comme intéressant. Enfin, c’est un pays qui a entrepris des réformes structurelles et ça, ça plait à Pékin qui aime sentir qu’il y a un pilote dans l’avion », explique un universitaire, grand spécialiste des relations entre la Chine et l’Afrique.

Ali Bongo poursuit ainsi ses rencontres diplomatiques de très haut-niveau au pas de charge. Depuis le début juillet, le numéro un gabonais s’est entretenu entre autres avec Emmanuel Macron, Recep Tayyip Erdogan, Vladimir Poutine, Cyril Ramaphosa, Narendra Modi et donc XI Jinping hier.