« C’est un Congolais » : Le correspondant de RFI au Gabon pris à partie à l’issue du procès de Patrichi Christian Tanasa

Quelques minutes après l'énoncé du délibéré par la Cour criminelle spécialisée dans le procès Tanasa mercredi 20 juillet 2022 à Libreville © Impression écran / YouTube

Quelques minutes après que la Cour criminelle spécialisée a, mercredi 20 juillet à Libreville, lourdement condamné l’ancien ADG de la Gabon Oil Company (GOC), Patrichi Christian Tanasa, le correspondant de RFI au Gabon, Yves-Laurent Goma, a été pris à partie par des personnes venues assistées au procès. La vidéo, devenue virale, a fait le tour des réseaux sociaux. Extrait.  

« Tu n’est pas là pour filmer les gens », dit un homme en s’adressant à Yves-Laurent Goma. « Je suis journaliste. Et on est au tribunal (un lieu public dans lequel il a le droit de filmer, NDLR) », se défend notre confrère.

C’est alors qu’une femme lui lance : « Vous mentez, vous déformez la réalité (…) (Patrichi Christian Tanasa) n’a pas cité le DC (Brice Laccruche Alihanga). (Or,) c’est ce que vous avez écrit », s’exclame-t-elle dans une allusion au compte-rendu de la deuxième journée d’audience faite par le correspondant de RFI.

« Vous avez menti, vous avez menti », poursuit la dame, manifestement très affectée par le verdict de la Cour.

« Journaliste à la com, oui ! », crie alors un monsieur dans un brouhaha général. « Répétez vos propos, M. Bekalé. Répétez vos propos », se défend alors notre confrère avec un calme olympien.

C’est alors que l’on entend : « C’est un Congolais ».

Si l’on peut comprendre la douleur des familles à l’issue du délibéré prononcé par la Cour, on ne saurait admettre de telles allusions, clairement xénophobes, qui réveillent les plus bas instincts de l’humanité.

La rédaction de La Libreville tient, par conséquent, à exprimer son entière solidarité à son confrère Yves Laurent Goma.

Voir la scène dans cette vidéo mise en ligne sur YouTube (voir jusqu’à 3min10)