A la faveur d’un Sommet « décisif » pour l’avenir de l’Afrique centrale, Ali Bongo Ondimba fait son grand retour sur la scène internationale

« Un sommet décisif pour l'avenir de notre sous-région », a tweeté ce mercredi 18 décembre 2019 Ali Bongo Ondimba à quelques minutes de l'ouverture à Libreville de la IXème session extraordinaire du Sommet des chefs d'Etat et de gouvernement de la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (CEEAC) © DR

Ce mercredi à Libreville, le chef de l’Etat gabonais, dont les séquelles de son AVC se sont estompées, ouvre la IXème session extraordinaire du Sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (#CEEAC), dont il est le président en exercice. Plusieurs réformes institutionnelles importantes devraient être adoptées afin de favoriser davantage d’intégration dans la sous-région.

Ce pourrait être un tournant majeur dans l’histoire de l’Afrique centrale. « Décisif pour l’avenir de la sous-région », a tweeté ce matin le président Ali Bongo Ondimba.

A l’occasion de la IXème session extraordinaire du Sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (#CEEAC) qui se tient ce mercredi 18 décembre à Libreville, plusieurs réformes d’ampleur pourrait être adoptées.

C’est le cas d’une commission de la CEEAC avec des pouvoirs renforcés en lieu et place du secrétariat actuel, un règlement financier pour favoriser les échanges économiques entre les pays de la sous-région ou encore l’intégration du conseil de paix et de sécurité de l’Afrique centrale (COPAX) dans l’architecture institutionnelle de la CEEAC. Autant de mesures, certes techniques, mais fondamentales pour plus d’intégration tant sur le plan politique, qu’économique et sécuritaire en Afrique centrale.

Signe du caractère « extraordinaire » de ce Sommet : pas un des chefs d’Etat de la sous-région de manquera à l’appel. D’autant qu’à cette occasion, Ali Bongo Ondimba signera son grand retour sur la scène internationale après plus d’un an, le temps pour lui d’effacer l’essentiel des séquelles d’un AVC survenu le 24 octobre 2018.

Une petite révolution à l’échelle de l’Afrique centrale

Pour rappel, cette IXème session extraordinaire du Sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale constitue l’épilogue d’un processus amorcé en 2015 à N’Djamena (Tchad) lors d’un autre sommet au cours duquel les leaders de la CEEAC avaient manifesté leur ambition de réformer en profondeur cette organisation, réputée pour ses lourdeurs administratives. Ils avaient alors mandaté leur homologue gabonais, Ali Bongo Ondimba, pour mener à bien cette tâche.

Pour l’Afrique centrale, qui continue d’accuser un retard en termes d’intégration par rapport à d’autres ensembles sous-régionaux (EAC, SADC, CEDEAO…) perçus comme plus dynamiques, il s’agit ni plus ni moins d’une petite révolution.